Palais des Papes, Avignon, France

Le Palais des Papes d'Avignon : Ville fortifiée

Avignon est une terre pontificale depuis 1224 comme tout le Comtat Venaissin. L’arrivée de Clément V le 9 mars 1309 en Avignon; et le séjour des souverains pontifes dans la ville au XIVe siècle firent d’Avignon une métropole cosmopolite. « C’est un égout où viennent se réunir toutes les immondices de l’univers. On y méprise Dieu, on y adore l’argent (…). Tout y respire le mensonge », écrivit le poète Pétrarque, après avoir été refusé à la cour pontificale. Ce sombre tableau est à la mesure, sans doute, de sa déception. Qui n’aurait rêvé en effet de visiter les 15 000 mètres carrés du palais des papes, bouillonnants d’activité ?

Palais des papes, vue d'ensemble

Les divers bâtiments qui forment l’ensemble du palais des Papes et qui témoignent du séjour des successeurs de Saint-Pierre en Avignon au XIVe siècle.

Deux édifices fort différents d’esprit le composent. Le Palais-Vieux est l’œuvre de Benoît XII (1334-1342). Il reflète le tempérament austère du pontife, un ancien moine cistercien, par sa construction dont la sobriété frise la sévérité. Il abrite au rez-de-chaussée le Consistoire où le pape et les cardinaux se réunissaient. Ils y recevaient également les souverains et les ambassadeurs; et au premier étage la salle des Festins, ornée de fresques de Simone Martini, considéré avec Giotto comme le plus illustre des peintres italiens du XIVe siècle. Le palais des papes d’Avignon fut en effet pendant un siècle un grand centre de la peinture murale. Ainsi les artistes italiens qui y travaillèrent introduisirent l’art de la fresque en France.

Décor chambre palais des papes

Le palais des Papes conserve un important ensemble de peintures d’époque gothique. Ici, un détail du décor d’une des chambres du palais.

Le Palais-Nouveau ou Palais-Neuf, construit pour Clément VI (pape d’Avignon de 1342-1352), grand prince, artiste et mécène, se distingue par une architecture de prestige; dont témoigne la magnifique salle de la Grande Audience du rez-de-chaussée. Elle se divise en deux nefs voûtées d’ogives par une ligne de colonnes et par une décoration abondante. La chambre de Clément VI, appelée chambre du Cerf à cause des peintures de chasse sur fond bleu richement décorées qui couvrent les murs témoigne de la magnificence de ce prince de l’Eglise.

Dans la chapelle Clémentine, toujours dans le Palais-Nouveau, les cardinaux du conclave, réunis dix jours après la mort du pape, venaient entendre la messe avant de désigner un nouveau pape à la majorité des deux tiers. Ils se réunissaient au premier étage du Palais-Vieux, où toutes les portes et fenêtres étaient bouchées jusqu’à une hauteur de 8 mètres pour les isoler du monde. Le nouveau pape donnait sa bénédiction aux fidèles massés dans la cour; par la fenêtre de la loggia, face à la porte principale de la chapelle, appelée pour cela fenêtre de l’Indulgence.

Aujourd’hui, le palais des Papes sert de cadre, durant l’été, aux spectacles du Festival d’Avignon. Elle forme aussi, avec le Petit Palais, l’un des ensembles architecturaux les plus remarquables du sud de la France.

Le pont d'Avignon

Sur le pont d’Avignon, L’on y danse, l’on y danse, Sur le pont d’Avignon L’on y danse tous en rond. Les belles dames font comme ça Et puis encore comme ça…

Pourquoi des papes en Avignon?

Le pape Clément V se fixa en Avignon en 309 pour fuir la guerre qui faisait rage, à Rome, entre deux clans rivaux de la noblesse italienne. La ville fut choisie pour sa proximité du Comtat Venaissin, propriété des papes; ainsi que pour sa position de carrefour, au confluent du Rhône et de la Durance, propice aux relations et aux échanges internationaux. Sept papes français se succédèrent en Avignon. Ce qui était une résidence commode devint ensuite le symbole d’un schisme. En 1377, Grégoire VII regagna Rome. Mais, en 1378, les cardinaux, mécontents d’Urbain VI qu’ils venaient d’élire à Rome, promurent un nouveau pape qui retourna en Avignon. Reconnu par la France, l’Espagne et le Royaume de Naples, cet « anti-pape » fut le premier « pape d’Avignon ». Telle est l’origine du grand schisme d’Occident, qui dura jusqu’en 1403.

Informations

Voir plus